Métiers : Cavalier(e) débourrage et pré-entraînement

Missions

Éduquer et manipuler les chevaux à pieds
Pratiquer le débourrage monté des chevaux
Réaliser les premiers galops de chasse (galop d'entretien à vitesse réduite) ainsi que les premiers canters (galop soutenu d’entraînement) à la piste d'entraînement
Entretenir les écuries et réaliser les soins des chevaux ainsi que du matériel

Compétences et qualités requises

Excellente conditions physiques et sang froid
Parfaite connaissance des techniques de débourrage
Capacité d'écoute, de compréhension d’adaptation au développement physique et mental de l’équidé

Domaine(s) d'activité

Galop (entraînement), Trot (entraînement)

Convention collective

Pas de poste dédié au débourrage / pré-entraînement dans les conventions collectives

Évolution de poste

Possibilités de déboucher vers le métier de cavalier d'entraînement. Les reconversions vers le sport sont envisageables où les connaissances du milieu des courses peuvent être valorisées et sont appréciées.

Formation(s)

Tendance de l'emploi

59 offres de cavalier de débourrage / pré-entraînement au galop ont été diffusées sur équi-ressources en 2015.
Salaire  : Entre  1466,62 € et  2000 € selon les écuries

Je suis fait pour ce métier si je suis

  • A l'aise avec les chevaux vifs
  • Patient(e)
  • De sang froid

Retrouver notre quiz pour connaître le métier qui vous correspond

Mélanie Lemardelé

Chaque étape de ce travail est plaisante : découvrir le poulain, apprendre à le connaître, l'éduquer, l'aide à se familiariser avec un nouveau monde, découvrir ses réactions... Nous évoluons ensemble et développons donc une sorte complicité. Chaque poulain est différent. L'un peut être apeuré alors que l'autre peut être curieux. Selon le caractère, je rassure ou au contraire j'encadre. Et puis, j'évolue en même temps que le poulain.
Plus je monte, plus j'affine mon équitation et plus je sais réagir correctement. Dans ce travail, il faut être vigilant pour ne pas compromettre l'éducation du poulain.
Je privilégie également beaucoup le travail à pied au cours duquel le jeune cheval apprend à respecter l'être humain. Je fais par exemple beaucoup de longues rênes. Selon moi, tout se joue à ce moment-là. Mais attention, malgré les bons côtés, il faut être prêt à tomber et à parfois avoir mal. Il faut être un peu casse-cou !

Le mot du conseiller

Pas encore reconnu par les sociétés mères, ce métier est pourtant en devenir car les jeunes chevaux restent de plus en plus longtemps au pré-entraînement. Nous observons une tension croissante autour de ce métier car les gérants des centres rencontrent des difficultés à recruter du personnel compétent pour ces missions. Ce métier comporte des risques dès lors que les personnes ne sont pas expérimentées dans la manipulation des jeunes chevaux. Cependant, les accidents sont de moins en moins fréquents car les professionnels sont plus vigilants lors des manipulations.

Partager la fiche métier :

  • Accéder à notre page Facebook
  • Accéder à notre Twitter
  • Accéder à notre profil linkedin