Métiers : Groom

Missions

  • Préparer les chevaux de concours et le matériel pour le transport.
  • Assurer le transport et la logistique : formalités administratives (feuille de route…), embarquement et débarquement des équidés.
  • Assurer l’organisation du déplacement, l’entretien du harnachement.
  • Assurer les soins aux chevaux, la surveillance de leur état de santé, leur préparation et récupération : entretien des boxes, alimentation, soins préventifs, pansage, nattage, travail à la longe, échauffement, retour au calme, etc...
  • Assister le cavalier dans sa détente.

Compétences et qualités requises

  • Connaissance des soins aux chevaux et de l’environnement professionnel.
  • Bonne condition physique et résistance à la fatigue : grande amplitude horaire (week-end, soirée…) et travail en extérieur.
  • Maîtrise du travail à pied et parfois du travail monté.
  • Sens de l’organisation et de la logistique, autonomie, polyvalence et rigueur.
  • Maîtrise de l’anglais si déplacement à l’étranger.
  • Permis BE / C, Certificat de compétences des conducteurs et convoyeurs.

Domaine(s) d'activité

Sport / Loisir

Convention collective

Pas de poste dédié au groom dans les conventions collectives.

Évolution de poste

Le groom peut selon son niveau, devenir cavalier soigneur, responsable d’écurie ou se reconvertir vers les métiers du transport.

Formation(s)

S’il accompagne ou assure le transport des équidés, le groom doit, de plus, posséder les permis  nécessaires (EB et C) et le certificat d'aptitude professionnelle au transport des animaux vivants (CAPTAV).

Tendance de l'emploi

94 offres d'emploi diffusées en moyenne par an depuis 2017.

Le recrutement passe essentiellement par le bouche à oreille.
Rémunération  : Variable selon le statut et l'écurie.

Je suis fait pour ce métier si je suis

  • Organisé(e)
  • Autonome
  • Disponible
  • Polyvalent(e)

Retrouver notre quiz pour connaître le métier qui vous correspond

Vidéo métier


Interview Vanessa ROUSSEAU au Salon du Cheval de Paris 2019

Témoignage d'Hélène Féret

Après l’obtention de mon Bac sciences technologies de la Gestion, j’ai fait un BAPAAT. Grâce à mon compagnon qui exerce la profession de groom, j’ai découvert petit à petit le fonctionnement d’une écurie de haut niveau. On m’a rapidement demandé d’assurer le grooming d’une jeune cavalière. Puis, un cavalier de haut niveau m’a proposé la place de groom que j’occupe depuis 4 ans. J’ai été formée sur le tas et je suis maintenant capable d’emmener des chevaux en CSI5*. Ma journée type en concours : à 7 heure, je distribue le foin et remets de l’eau. Ensuite, je marche les chevaux pour les assouplir, les natte et les cramponne en fonction du sol. Avant de partir au paddock, je vérifie le matériel et fais les dernières retouches. À la fin de l’épreuve, je desselle et laisse le cheval sécher. Puis, on met de la glace sur ses jambes. Ensuite, je douche et fais marcher le cheval. Le soir, je vérifie l’eau, donne les repas, le foin et mets les couvertures. Il n’existe pas de meilleure formation que celle du terrain. L’idéal est de tomber sur un patron qui te fasse confiance et te laisse ta chance. Les grooms perçoivent généralement de petits salaires pour beaucoup d’heures de travail, c’est pourquoi la passion est primordiale. Il faut être débrouillard, courageux et polyvalent.

 

En savoir plus :

Interview complète d'Hélène Féret

Le mot du conseiller

Le groom, employé de l’ombre, petite main dévouée, vétérinaire, cavalier, plombier, maréchal, routier et même parfois psychologue, a pour leitmotiv le bien être physique et mental des chevaux dont il a la responsabilité. Le groom a de lourdes responsabilités et de multiple fonctions à assumer. Bref, pas de montre, pas de repas à heures fixes, peu de détente et peu de vie de famille. Son rôle est essentiel car le cavalier doit pouvoir lui accorder toute sa confiance pour entrer en piste en toute sérénité. La qualité de son travail a donc une influence directe sur les performances du couple.

Découvrez la fiche Equipédia

Partager la fiche métier :