Métiers : Inséminateur(rice)

Missions

  • Collecter la semence des étalons.
  • Confectionner les doses d'insémination artificielle en laboratoire.
  • Réaliser l'insémination des juments en sperme frais, réfrigéré ou congelé.
  • Jouer un rôle de conseil en matière de reproduction et de génétique.

Compétences et qualités requises

  • Maîtrise des techniques modernes de reproduction.
  • Connaissances de la zootechnie, du droit et des réglementations.
  • Maîtrise des règles d’hygiène médicale et de surface.
  • Maîtrise des règles de sécurité relatives à la manipulation des étalons.
  • Sens de l’organisation.

Domaine(s) d'activité

Sport / Loisir (élevage), Trot (élevage)

Convention collective

Convention collective des exploitants agricoles, de polyculture et d'élevage du 4 juin 1996

Évolution de poste

Souvent, les inséminateurs sont déjà des professionnels : vétérinaire, éleveur, assistant d’élevage. Ils peuvent évoluer vers des postes de chef de centre d’insémination ou se spécialiser dans l’insémination d’autres espèces animales.

Formation(s)

Tendance de l'emploi

Perspective d'embauche  : 5 offres ont été diffusées sur équi-ressourcers en 2018. Poste saisonnier de février à juillet. Nécessite d'avoir une activité complémentaire hors période de reproduction.

Salaire  : Variable selon l'élevage et l'expérience

Je suis fait pour ce métier si je suis

  • Rigoureux(se) et minutieux(se)
  • Attentif(ve)
  • A l'aise avec la chimie et la biologie
  • Attiré(e) par la génétique

Retrouver notre quiz pour connaître le métier qui vous correspond


Découvrez la fiche Equipédia

Patrick Tarde

Le CAP palefrenier-soigneur en poche, j’obtiens mon diplôme d’accompagnateur de tourisme équestre et mon brevet d’état d’éducateur sportif premier degrés (BEES 1) d’équitation. J’entre comme auxiliaire aux Haras nationaux. Puis, j’obtiens mon diplôme d’inséminateur au Haras d’Aurillac. Aujourd’hui, à mon compte, j’ai repris le Haras de Villeréal depuis 7 saisons. La saison de reproduction dure de mars à fin juin, mi-juillet. Le planning d’une journée est très variable. Je fais l’entretien des boxes, du nettoyage, des soins, de l’administratif. Puis, nous faisons les inséminations des juments et le vétérinaire réalise les échographies. La passion avant tout ! Ce travail nécessite beaucoup d’engagement et de temps personnel. Il faut savoir être patient lors des phases de surveillance des poulinages et avoir du relationnel pour le contact avec la clientèle. Aimer le contact avec l’animal est primordial lors de la réalisation des soins.

Le mot du conseiller

La connaissance des chevaux, de l’élevage et de la manipulation d’étalons est un prérequis. La formation d’inséminateur s’adresse en priorité à un public de professionnels déjà en place au sein d’un haras ou d’un gérant de structure qui souhaite se diversifier. Ce diplôme d’inséminateur est obligatoire pour exercer. Cette activité est principalement saisonnière.

Partager la fiche métier :