Métiers : Technicien dentaire équin

Missions

  • Participe à la bonne santé des équidés en assurant une bonne fonctionnalité de leur dentition, tout en maintenant une relation étroite avec les vétérinaires.
  • Évaluer l’état de la cavité buccale et réaliser les soins adaptés en respectant les mesures d’hygiène nécessaires.
  • Établir un programme de soins si nécessaire qui permettront au cheval de retrouver une situation confortable pour s’alimenter et/ou travailler.
  • Identifier les anomalies et affections qui nécessitent l’intervention d’un vétérinaire.
  • Assurer l’information et le conseil aux clients.

Compétences et qualités requises

  • Connaissances anatomiques et physiologiques adaptées à l’odontologie des équidés.
  • Connaissances des différentes techniques de contention et des règles de sécurité.
  • Calme et patience.
  • Gestion de sa clientèle et d’une entreprise libérale.

Domaine(s) d'activité

Santé / Soins

Convention collective

Convention collective nationale des cabinets et cliniques vétérinaires du 5 juillet 1995
Convention collective de la métallurgie 3109 (pour les maréchaux ferrants)
Code rural, ordonnance n°2011-863 du 22 juillet 2011 et décrets du 5 octobre 2011 pour les autres

Évolution de poste

De par ses connaissances des équidés, le technicien dentaire équin pourra se reconvertir dans d’autres métiers de la filière (commerce, responsable d’écurie, etc.). Par la formation continue, il peut également diversifier son activité en proposant à sa clientèle d’autres prestations de soins, selon les lois et règlements en vigueurs.

Formation(s)

La Fédération Française des Techniciens Dentaires Équins est en charge d'agréer les professionnels de la dentisterie équine.

Tendance de l'emploi

Aucune offre n'a été diffusée sur équi-ressources en 2018.
Rémunération variable selon la clientèle de l'indépendant.

Je suis fait pour ce métier si je suis

  • Calme 
  • Patient(e)
  • Observateur(trice)
  • Nomade 
  • A l'écoute

Retrouver notre quiz pour connaître le métier qui vous correspond

Découvrez la fiche Equipédia

Samuel Djerrah

Suite à l’obtention de mon Bac Sciences et Technologies de l’Agronomie et de l’Environnement, j’ai passé un BTS productions animales. Je suis entré en 2004 aux Haras nationaux et ai travaillé comme inséminateur, meneur, identificateur, palefrenier et cavalier. En 2013, après ma formation de dentiste équin, j’ai quitté les Haras. J’ai continué de me former pendant un an alors que j’étais responsable d’un haras, puis je me suis installé à mon compte. Mes journées peuvent se dérouler dans une seule et même écurie ou bien chez différents particuliers. Je commence rarement avant 9h afin que les chevaux soient nourris à mon arrivée et je termine vers 21h-22h. Je fais beaucoup de déplacements (75 000 à 80 000kms par an) en France comme à l’étranger. Je m’adapte beaucoup à l’environnement du cheval pour ne pas lui ajouter de stress en plus. Si le cheval vit au pré, je ferai la consultation au pré, il en va de même pour le box. C’est un métier où le calme et la patience sont les maîtres mots. De plus, je trouve qu’il est important d’avoir déjà eu une expérience avec les chevaux auparavant. Enfin, au vu des kilomètres et des déplacements, c’est un métier qui peut être difficilement conciliable avec une vie de famille.

Le mot du conseiller

Métier reconnu depuis peu, le technicien dentaire équin est le plus souvent un professionnel indépendant (micro-entrepreneur, société individuelle, etc). Comme pour tout développement d’une activité, il faut du temps pour acquérir et fidéliser sa clientèle. La clientèle d’un technicien dentaire équin est souvent répartie sur une vaste zone géographique et implique donc de nombreux déplacements avec l’organisation de tournées parfois très éloignées de son domicile.

Partager la fiche métier :