Métiers : Assistant(e) d’entraîneur

Missions

  • Remplacer et  / ou assister l'entraîneur
  • Représenter l’entraîneur lors de ses absences autant à l'entraînement le matin qu'aux courses l'après midi
  • Manager des équipes, gestion de stocks et relations clients.

Compétences et qualités requises

  • Sens du relationnel (climat de confiance avec l’entraîneur et le personnel)
  • Connaissance du cheval de courses et des méthodes d'entraînement
  • Connaissance du code des courses, du calendrier de courses et des pedigrees

Domaine(s) d'activité

Galop (entraînement), Trot (entraînement)

Convention collective

Convention collective nationale de travail concernant les établissements d'entraînement de chevaux de courses au galop ou du trot.

Évolution de poste

L’assistant entraîneur peut devenir entraîneur, courtier, éleveur, formateur professionnel ou travailler dans les institutions du monde des courses.

Formation(s)

Darley Flying Start « Formation internationale de cadres de l'industrie des courses au galop  »

Tendance de l'emploi

3 offres ont été diffusées sur équi-ressources en 2018.
Métier nettement plus répandu au sein des écuries de courses au galop (notamment en plat).
Salaire  : Très variable en fonction de la dimension de l'écurie dans laquelle l'assistant exerce, mais dépend du statut cadre de la convention relative aux écuries de courses.

Je suis fait pour ce métier si je suis

  • Responsable
  • Organisé(e)
  • Réactif(ve)

Retrouver notre quiz pour connaître le métier qui vous correspond

Paolo Paciello

J’ai commencé à monter dès 4 ans. La passion des courses prend vite le pas sur celle de l’équitation. Pour mon père, suivre des études, c’est obligatoire, j’ai alors entamé un cursus en faculté de droit. En parallèle, je montais à l’entraînement. Puis je me suis installé sur l’hippodrome de Milan, en tant qu’entraîneur. Ma réputation grandit, mon effectif croit jusqu’à 120 chevaux en 2010. Crise économique en italie oblige, je suis contraint de mettre fin à mon activité. Un ami Italien, assistant entraîneur me contacte pour une proposition. En effet, l’entraîneur François ROHAUT recherche son assistant. Nous acceptons : l’expérience est juste parfaite. Mon quotidien est concentré sur l’activité des écuries. Je fais la connexion avec l’entraîneur, les 4 responsables et les 30 cavaliers. Je débute le matin aux écuries par faire le tour des chevaux. Je supervise l’attribution et la préparation des chevaux. Je prends ensuite les ordres de l’entraîneur concernant le programme d’entraînement du jour de chacun. Je supplée ou remplace l’entraîneur en cas d’absence pour l’observation du travail des chevaux à la piste. J’interviens dans l’aide à la prise de décision en ce qui concerne les engagements des chevaux. Trois fois dans la semaine, je reçois les jockeys pour les exercices plus poussés. Nous nous répartissons les travaux d’observation entre la petite et grande piste. Je crie et verse toujours autant ma larme lorsqu’on remporte une course que lorsque j’étais à mon compte.

Le mot du conseiller

Il n’existe pas de formation ni de diplôme, il faut avoir fait ses preuves dans le monde des courses et être remarqué par un entraîneur pour être appelé à assister à l’entraînement. L’assistant doit être une personne expérimentée et de confiance.

Partager la fiche métier :