Observatoire

Partager :

4ème édition du rapport du marché du travail en Normandie - 2020

Avec le soutien de la région Normandie, équi-ressources, porté par l'IFCE, a souhaité caractériser le marché du travail de l'emploi salarié sur ce territoire, au travers de l'analyse des données disponibles sur sa plateforme. Son Observatoire des métiers, de l’emploi et des formations de la filière équine (l’Omeffe) alerte par ce rapport de tendances à partir d’indicateurs liés aux offres d'emploi, aux candidats et aux tensions du marché. Ces indicateurs sont analysés par les éclairages qualitatifs des conseillers d’équi-ressources.

La 4ème édition du rapport Normandie met en avant des difficultés croissantes de recrutement plus ou moins forte selon les métiers.
 Les données disponibles ont permis l’étude de 16 métiers, répartis en quatre familles :
- Les métiers liés à l’élevage et la valorisation du jeune cheval (6)
- Les métiers liés à l’utilisation du cheval (5)
- Les métiers transverses (2)
- Les métiers connexes (3)

Depuis 2007, la Normandie est la 1ère région pourvoyeuse d’emploi. En 2019, 3 055 offres ont été diffusées par équi-ressources dont 868 en Normandie. La Normandie se caractérise par une forte concentration des offres liées à l’élevage (51% de l’offre nationale) et des offres liés aux métiers transverses (39% de l’offre nationale). Un tiers des offres d’emploi en Normandie est dédié au métier de palefrenier-soigneur. Le Calvados et l’Orne sont les deux départements les plus pourvoyeurs d’emploi et se caractérisent par un secteur des courses (haras et écurie) très représenté.

Les offres, tout secteur confondu :
 Près d’1 offre sur 2 propose un CDI.
 81% des offres ne mentionnent aucun niveau de formation souhaité
 86% des offres sont accessibles avec moins de 4 ans d’expérience

Les candidats, tout secteur confondu :
 Les candidats sur le marché sont jeunes, 2 candidats sur 5 ont moins de 25 ans.
 2 candidats sur 3 sont des femmes
 1 candidat sur 2 détient un niveau 4 (Bac)

Les tensions :
 Les métiers en lien indirect avec le cheval ne sont pas en situation de tension
 Le taux de tension des métiers en lien direct avec cheval oscille entre 0.29 et 0.37.
 Le secteur des courses connaît davantage de difficulté de recrutement tant dans le nombre de candidats que dans les compétences attendues.
 Le secteur du sport connaît moins la baisse du nombre de candidatures, toutefois les écuries de sport éprouvent des difficultés à recruter du personnel compétent et autonome (cavalier soigneur / groom).
 Le secteur du loisir se caractérise par une diminution du nombre de candidats au poste d’enseignant d’équitation. En deux ans, à nombre égal d’offres, équi-ressources a reçu un tiers de candidats en moins.
 Les métiers transverses détiennent le niveau de tension. Ceci s’explique en partie par une absence quasi totale des candidats au poste de maréchal-ferrant (taux de tension 1,12). Le nombre d’offres est toutefois trop faible pour exprimer une tendance sur le métier. Les métiers d’agent d’entretien et de palefrenier constituent l’essentiel des données de cette famille de métier. Si pour le premier on observe sur les trois dernières années une stabilisation du nombre d’offre on observe également une augmentation du nombre de candidats, la situation du second est somme toute différente puisque le nombre d’offre augmente face à un nombre de candidats en diminution.

Télécharger le rapport 2020

Pour consulter les anciens rapports régionaux - Normandie :

Rapport régional 2017
Rapport régional 2015
Rapport régional 2012