Métiers : Cavalier(e) débourrage et pré-entraînement

Missions

  • Éduquer et manipuler les chevaux à pieds
  • Pratiquer le débourrage monté
  • Réaliser les premiers galops de chasse (galop d'entretien à vitesse réduite) ainsi que les premiers canters (galop soutenu d’entraînement) à la piste d'entraînement
  • Entretenir les écuries et réaliser les soins des chevaux ainsi que du matériel

Compétences et qualités requises

  • Excellente conditions physiques et sang froid
  • Parfaite connaissance des techniques de débourrage
  • Capacité d'écoute, de compréhension d’adaptation au développement physique et mental de l’équidé

Domaine(s) d'activité

Galop (entraînement), Trot (entraînement)

Convention collective

Pas de poste dédié au débourrage / pré-entraînement dans les conventions collectives

Évolution de poste

Le cavalier de débourrage pré-entraînement peut évoluer vers le métier de cavalier d’entraînement. Les reconversions vers le sport sont envisageables car les connaissances du milieu des courses sont appréciées et peuvent être valorisées.

Formation(s)

Tendance de l'emploi

109 offres de cavalier de débourrage / pré-entraînement au galop ont été diffusées sur équi-ressources en 2018.
Salaire  : Entre  1574,80 € et  2000 € selon les écuries

Je suis fait pour ce métier si je suis

  • A l'aise avec les chevaux vifs
  • Patient(e)
  • De sang froid

Retrouver notre quiz pour connaître le métier qui vous correspond


Pauline Bottin

J’ai obtenu mon bac sciences et technologies de l’agronomie et du vivant, puis, un BTS productions animales en apprentissage et enfin une Licence de commerce dans la filière équine. Je suis partie à l’étranger et à mon retour en France, j’ai travaillé en tant que chargée de l’international au sein d’équiressources. Je me suis rendue compte que le terrain me manquait. Je suis retournée à l’étranger (Angleterre, Australie, Nouvelle Zélande) avant de monter, en France, en 2018, mon propre centre d’entraînement avec mon conjoint. Mes journées commencent à 7h jusqu’à 18h environ. Les matins, je fais les soins, mets les chevaux au marcheur et m’occupe surtout du pré-entrainement. Les après-midi sont consacrés aux débourrages. Nous avons 15 boxes en tout. La patience et la passion sont primordiales. Une bonne base en équitation est également très importante.

Le mot du conseiller

Pas encore reconnu par les sociétés mères, ce métier est pourtant en devenir car les jeunes chevaux restent de plus en plus longtemps au pré-entraînement. Nous observons une tension croissante autour de ce métier car les gérants des centres rencontrent des difficultés à recruter du personnel compétent pour ces missions. Ce métier comporte des risques dès lors que les personnes ne sont pas expérimentées dans la manipulation des jeunes chevaux. Cependant, les accidents sont de moins en moins fréquents car les professionnels sont plus vigilants lors des manipulations.

Partager la fiche métier :